Journal1

Dohsky Wiki | RecentChanges | Preferences

AVIS

Ce que vous lirez ici est ce que j'ai écrit. Ca plait, tant mieux. Ca choque, tant mieux. J'écris pas ici pour quiconcue autre que moi meme. C'est un exutoire.


Journal1 Journal2 Journal3

 25/10/98

J'ai 22 ans et je me sens désabusé. Ohh chui pas sur le bord de la déprime, non en fait ca va assez bien (pour autant qu'une vie peut etre belle). Je m'inquiete un peu. Ça a l'air fou à dire, mais j'me surprends et ce qui suit pourrais en choquer plus d'un. L'autre soir, il était 2h30 du matin, j'écoutais la télé. J'crois qu'y a vais rien de bien intéressant mais j'avais pas sommeil. Aziz, mon chat, ronronnait tranquillement endormi à mes côtés sur le caoutch. Abdul, le chat de mon coloc, faisait le tour du salon tranquillement. Comme à son habitude, il commence à se faire les griffes sur le tapis. Il tirait suffisament pour faire lever la carpette. ........


 29/10/98

Quoi de mieux pour comprendre un homme que d'observer son comportement quand il sort pour virer une bonne brosse avec des chums. Ces veillées là, c'est très rare que je sorte du bar et qu'il me reste une fortune en poche. En général, il m'en reste juste assez pour aller manger un quelque chose avant d'aller étendre mes 5pieds 11pouces (non chui pas difforme, c'est ma grandeur) et de ronfler en homme hormonalement constitué. Je préfère prévenir la gente féminine que ce qui suit est mon comportement en circonstances particulière et que je ne suis pas toujours comme ça.

Toujours est-il que par une belle fin de semaine, je crois que c'était un vendredi mais j'en suis pas trop sûr. J'y pense, oui, c'était un vendredi parce que je me souviens m'être fait traité de "backeux" parce que je sortais pas le lendemain... et pour cause! La veillée a commencé par une couple de bière chez Marie-Josée. La nuit était encore jeune et moi, bon samaritain que je suis, je ne me gênais pas quand un ami me tendait sa bière parce qu'il n'aime pas la Labatt Bleue. Dans mon cas, tant que je la paye pas, je bois tout ce qui s'appelle bière. Donc, avant de s'aventurer dans le Château, bar très populaire à Val d'Or, j'en avais deux dans le corps. Juste ce qu'il faut pour être de bonne humeur! Trois ou quatre coins de rue plus loin, nous étions rendus au dit bar!

Nous pénétrâmes à l'intérieur pour y découvrir que les produits Labatt étaient pas cher avec des billet qu'on achetait au Doorman. La boumerang étant à la mode, devinez ce qu'on a bu! Bien installés à une table de pool, on en a joué une couple de parties tout en regardant les dames de la table voisine. Y'en avait une, My God, sexy à souhait! C'est peut-être moi qui a quelque chose de dérangé, mais une demoiselle, en salopette, avec un gilet bédaine... Oufff!! Moi, ça me coupe le souffle. Où en étais-je? Ahh oui, le pool! À quelques part dans la soirée, Mark est arrivé avec sa blonde, Karine. Pour faire un décompte, il y avait Frank, Dave, Marie-Josée, Mark, Karine, et Moi-même. Donc, on jouait au pool en buvant et en buvant... Si je ne me trompe pas, c'est durant cette veillée là que je cherchais du tabac, sinon je mêle deux veillées. Hélas, la machine à cigarettes était en panne et la seule place où en trouver, c'était au bar voisin. Pas trop dérangé de la vie, et ayant un taux d'alcool dans le sang au-dessus de la moyenne mondiale, je descendis au Moroco. Pour les non-informés, le Moroco est un bar de danseuses.

Une fois sur place, je me commande un paquet de cigarettes duMaurier régulier et une bière, une bonne Molson DRY. Je paye le tout avec ma carte de guichet et j'observe le show. Une salle presque vide, un bar bien pensé, le stage étant fait sur le long, au milieu de la place, et des bans confortables. Je m'installe dans un coin tranquile et j'observe ce qui se présente à moi. La fille qui était sur le stage termine sa partie. Elle me semble assez jolie, du moins aux souvenirs qu'il me reste. J'ose avoué avoir été frappé, marqué, hypnotisé de curiosité par la danseuse suivante. My God. Incroyable mais vrai, la Mme devait ben peser proche 200 livres, et elle devait ben avoir de quoi comme 35-40 ans! À l'aide d'une pelle, j'ai ramassé ma machoire qui gisait sur le plancher. Non mais!?!? C'te femme là aurait pu être ma mère!!! Le pire de tout, elle s'est mise à me fixer, moi qui n'en revenait tout simplement pas, moi qui l'observait avec tant de questions. Wouhhhh!! Troublant! J'ai donc fini ma bière au plus sacrant et levé le flag de là. Vite vite, de retour au Château.

La gang se demandait ben où j'étais disparu et ils se mirent à rire de mon expérience traumatisante. On a donc continué à jouer au pool et à regarder les femmes passer. À un moment donné, une fille est passé devant nous. Doucement, je me mets à grogner à l'oreille de François, mon coloc. Il me répond d'un sourire. Une autre demoiselle passe proche et derrière elle, je me mets à fondre. Bon, c'est assez dur à expliquer comment je fond, mais je pourrais dire simplement que je me laisse très mou et je descends au plancher pour y faire la crèpe. Je recommence une autre fois plus tard, entre-mêlé de cigarettes, de boumerangs et de games de pool. Et puis elle passe, My God, une femme, mais une femme mes amis, DAMN! Comme y s'en fait pu beaucoup. Elle déambule devant moi et Frank (ordre de déplacement). Elle était maintenant dos à mon coloc, je m'accotte contre lui et me mets à grogner en m'époumonnant. Je rugissais joyeusement et avec bonheur. J'exprimais mon admiration, mon contemplement de cette si belle créature, ce corps céleste réincarné sur Terre. Elle m'entendit et se retourna. Euh, c'était trop con de ma part, et j'étais si saoul que j'ai éclaté de rire, faisant peut-être un peu honte à mes camarades de boissons, mais bon, on fait pas d'omelettes sans casser des oeufs. Bref, j'étais de très bonne humeur et je m'amusais franchement.

Arriva le moment tant attendu par les amoureux, le Lastcall et les slows. Mark et sa douce s'enlisèrent dans la foule dansante. Marie-Josée invita François à en faire tout autant. Quel homme refuse des slows? Il faut avouer que Marie-Josée trouvait François "mignon". Il restait donc Dave et moi, à boire entre célibataire. J'avais des brulements d'estomac terribles. C'est peut-être un peu normal après une dizaine de boumerangs, c'est du jus de citron. Pour me calmer l'estomac, je buvais quelque chose de froid, c'est-à-dire, une autre boumerang. Il restait, je crois, un slow et Dave me lance : "on vas-tu les rejoindre?". Mon cerveau baignais plus dans l'alcool que dans le sang alors j'y ai répondu : "Envoye donc!". Ça fait que Dave, précédé par un beau bonhomme (moi), s'enligne vers la piste de danse. Une fois rendu près des deux couples de tourtereaux, je me revire et j'enlasse Dave de mes bras et j'me colle! On n'a pas tourné très longtemps, on était crampés. Moi, je riais comme un fou, on venait de scrapper le moment romantique de deux couples, sinon plus. Dave m'explica plus tard qu'il pensait à danser les slows en gang. Bon personnellement, j'ai jamais fait ça, mais ça doit être ben l'fun pareil. Donc, le sourire fendu jusqu'aux oreilles, on sort de la piste de danse, laissant quelques instants aux couples.. bref, le temps de s'embrasser. Les verres de la place étant tellement hot, y m'en fallait un. J'ai réussi à m'en ramasser un discrètement et le glisser dans mon manteau. Même saoul, je trouvais qu'il paraissait mais bon, je suis sorti sans pépin. Quel cleptomane talentueux je suis!

Direction le McDonald?. Ben quoi? y faut ben manger un peu pour survivre à une telle veillée. On fait la file, j'avoue que mes souvenirs sont assez nébuleux, je me suis commandé de quoi de simple, un trio de 6 McCroquettes?. On sort du McDo?. Ça a l'air qu'il y avait un gars plus fini que moi dans le restaurant. Supposément qu'il y avait quelqu'un qui se roulait par-terre pour que ses chums y donnent des McCroquettes?. Un genre de pari, je suppose.

Toujours est-il que mes chums avaient honte de moi sur le trottoire de la 3eme. Pour les non-initiés, la 3eme c'est LA main de Val d'Or. Bon, j'étais saoul et ben magané. En général dans ces moments là, je parle beaucoup, fort mais rien de méchant. Pour arrêter de faire honte à mes amis, j'ai changé de trottoire. En criant "BANZAÏ" et sans regarder si un char arrivait, j'ai traversé à la course. La liqueure en a prit pour son rhume et une bonne partie de celle-ci s'est retrouvé sur l'asphalte. En zigzagant sur le trottoire, j'en ai renversé, jusqu'à ce que le gobelet me glisse des doigts et sacre le camp sur le béton. Bahh, pas grave! Je continuais ma marche, tout en parlant intérieurement au Seigneur. Je sais bien que ça a l'air fou mais bon, c'est ce qui en est.

Rendu chez Marie-Josée, on s'est installé et on a mangé. Les McCroquettes? étaient bonnes. En fait, je les ai pas gouté beaucoup. Saoul comme j'étais, je les ai mangé, et 10 minutes plus tard, je les ai "démangé". J'ai pas trop souvenance mais j'ai été malade à un endroit propice, et ensuite je me suis couché. Le sofa à 2 places était un peu petit mais bien couché sur le dos, c'était amplement pour mon moi-même. Une fois endormi, j'en ai pas conscience, mais je me suis mis à ronfler joyeusement. Dave, qui écoutait discrètement les murmures des nouveaux amoureux, en l'occurance, Marie-Josée et François, était en maudit parce que ma sonorité d'aiguise-crayon électrique l'empêchait de comprendre ce qu'ils se disaient.

Le lendemain, pas de mal de tête, mais l'estomac fonctionnait au ralenti. Frank, Dave et moi, on est allé manger de la pizza. On en a pas mangé gros. Moi j'feelais pas pentoute. Rien pour être malade, mais je me sentais "fragile". Ensuite, nous sommes allé voir un copain de cégep, Pierre Gareau. Il nous a fait visiter sa maison. C'était ben joli, il nous a fait faire le tour du propriétaire, le salon, la cuisine, une salle de travail, la chambre de bain avec sa femme en grand t-shirt (très jolie (la salle de bain)(ahh pis! sa femme aussi!)) et finalement la salle de jeu, c'est-à-dire, la chambre des maîtres. On a jasé un peu et on est reparti.

On est retourné à Rouyn. En fait, je n'ai pas souvenance du trajet, je dormais sur la banquette arrière. J'ai eu l'impression de fermer les yeux et de les ouvrir 5 minutes plus tard, en fait, c'était une heure plus tard. Nous arrivions à Rouyn-Noranda en suivant une cinquantaine de bicycles à gaz suivis par un pick-up arborant un drapeau de pirate. On ne les a pas dépassés, j'comprends pas pourquoi? Le reste de la journée, j'ai feelé cheap, mais le lendemain j'étais en forme.

Ça, c'était une vrai virée comme je les aime!


 3/11/98

Un écoeurement parmis tant d'autres. C'est une vie à chier. C'est plein de mensonges, de tromperies et pire encore, de choses pas dîtes. J'dis pas que j'ai jamais rien fait de pas correct, non, ça j'le sais que chui un gars aux agissements graves parfois. Mais je vis, j'évolue, de change. Les choses autour de moi m'ouvrent les yeux. L'ignorance, ça fait mourir une personne à petit feu, doucement, cruellement. Ce n'est pas nécessairement fait de façon volontaire, mais maudit que ça fait mal. De ma séparation d'avec Josée, j'en tire de bien étranges conclusions. C'est comme si les raisons que j'ai réussi à lui arracher me semble pas suffisante à ce que ça cesse déjà. Josée est revenue de Floride, j'aurais voulu qu'on se voit, qu'on jase, qu'elle me raconte son voyage, juste en ami, vraiment, bon peut-être en espérant reconquerir son coeur un peu... mais elle ne dit rien, elle ne raconte rien. Elle est comme ça et je ne lui en veux pas. J'ai pas pu m'empêcher de lui demander si elle s'était ennuyée de moi un peu. Au téléphone, je me suis senti, comment dire, comme si j'étais rien, au plus, une garnotte dans un pit de gravelle. J'ai compris que j'y pouvais rien, parce que j'comptais pas assez.. si j'compte. Et ce soir, "I feel like jumping". Je sais bien que c'est une expression suicidaire, mais j'aurais plus le goût de me jeter dans le vide, partir sur un "nowhere". Sauter dans ma Supra à marde, et si le moteur part, rouler jusqu'à ce qu'il y ait pu une goutte de pétrole dedans. Rendu là, prendre la canisse à gaz et aller en chercher sur le pouce et repartir vers l'horizon quand le moteur le voudrais bien.

Aller voir la mer, j'ai jamais vu l'océan. Admirer les vagues salées s'échouer les unes après les autres, inlassablement, sur la plage sablonneuse. Aller pitcher mon derrière dans ce bleu liquide. Me rouler dans le sable brulant à en devenir rouge comme un homard pis m'en sacrer comme dans l'an '40 des dangers de cancer de la peau. Y faut ben crever de quelque chose anyway. J'aime le Soleil, y dit rien, j'y demande rien, mais à chaque jours, il me réchauffe.

Boire de la bière, déjeuner avec de la bière, passer la journée à l'ombre d'un palmier à boire de la bière, et rien faire d'autre. Boire à m'en faire péter l'foie. J'aurais le goût de rouler sur les autoroutes, les vrais, à 5-6 voies de large dans un sens. Voir les montagnes rocheuses, immenses, gigantesques, majestueuses, baisser ma "fly" et pisser dessus! OUAIS! Juste pour le fun. Descendre jusqu'en Californie. Voir la plage de Malibu et vérifier vraiment si y fait assez frais pour causer autant de réactions au silicone de Mlle Anderson. Pis me rincer l'oeil, ben kin, j'ai pas vu des bikinis ben ben souvent dans ma vie, sibole, j'checkrais ça comme il faut! J'passerais peut-être dans le coin du Colorado, juste pour rencontrer la Miss Susan qui m'a aidé avec l'installation de tape Backup du temps que je travaillais chez Logicon. Je l'avais même demandé en marriage. héhé! Elle était tellement gentille.

Ahh pis fuck, tant qu'à être rendu si proche, j'irais au Mexique, pis plus bas encore... Porter des lunettes fumées à longueur de journée, même si j'verrais pas grand choses. J'm'achèterais un chapeau blanc de Mafiosi, juste parce que ça serais cool. Descendre plus bas encore, aller jusqu'au Canal de Panama en Amérique Centrale, oeuvre du travail acharné de plusieurs hommes, et ayant causé la mort de plusieurs hommes aussi. Et là, j'lâcherais une grande pisse dessus itou! J'me trouverais un pays pauvre, une place où l'argent canadien vaut encore de quoi. J'me payerais un ti-bateau cheap et j'apprendrais à pêcher.

Rendu là, j'enverrais des cartes postales, j'me laisserais pousser la barbe comme un Robinson. J'attendrais qu'un ouragan me ramasse et me brasse la cage, ou ben j'me tannerais et je retournerais aux États pis j'm'organiserais pour faire fortune.

Mais bon, mon char est une merde et la température est à chier (quel duo!). J'pense que ça va attendre. Mais un jour, quand j'va peter la coche, si y a rien pour me retenir... J'fuguerai de moi-même.


 9/11/98

Un oeil sur moi-même. J'ai pas de quoi être fier. J'écoute mes sentiments et j'en suis vraiment pas fier. J'suis content d'être capable de m'analyser, de me regarder, me juger. Mais là, j'ai l'impression que mon rouleau rappetisse. Il va falloir que je le re-roule bientôt. Ça a l'air de rien, mais j'ai un caractère excécrable ces temps-ci. Rien que tantôt, y'avait une gars "nowhere" qui s'est mis à me barber sur le channel d'IRC. J'le connais pas fuck all, donc, pour pas être trop méchant j'y donne la chance de s'expliquer. Il se met à m'envoyer chier d'aplomb avec beaucoup d'assurance. C'est pas la première fois que ca m'arrive alors aucun besoin de tripper avec ça. J'prends ça cool et je m'exerce à la respiration. J'aurais ben fini par le kicker normalement mais le dwibow commence à m'écoeurer de façon personnelle. J'sais même pas de quoi y'a l'air!!!!

Toujours est-il que je garde le contrôle de moi-même et ce, à ma grande surprise. Il voulait tellement que je le kick, que je me retenais... Bon, après un bout de temps et au bout de plusieurs insultes, il s'est tanné et est parti. Jusque là, pas de problème, et j'y voyais même un certains soulagement. Mais dans les faits, c'est pas vraiment ça que je ressentais. Non, j'dois l'avouer, c'était un sentiment pas mal plus, humm comment dire, virulant.

Une espèce de rage du genre comme j'ai ressenti en écoutant Du Hast de Rammstein. J'arrive pas à comprendre que quelqu'un ait le goût de se défouler en chiant sur les autres sur Internet. Non mais à ce que je sache, je lui ai rien fait. J'comprendrais sa vengeance si je l'avais kické ou si je lui avais volé sa blonde, mais là, RIEN!! NADA!! Toujours est-il que ces temps-ci, j'sais pas pourquoi, j'ai de la rage, de la colère et ca me ressemble pas du tout. J'crois que j'en ai un peu marre de me faire marcher sur la tête. À la job c'est ben correct, mais j'sais pas, j'pense que le téléphone de mon ex, ma réaction, non, j'en ai vraiment mon cass de suivre ce qu'on me dit. Ouin, y vas falloir que j'travaille mon affirmation personnelle. J'sais ben que j'ai pas raconté l'épisode de ma fin de semaine mais ca viendra! Non mais l'autre, *respire*, il a le droit de vivre! J'vais lui laisser ça!

Chui quand même pas chien. J'y ai donné sa chance, il a craché dessus. Too bad. J'serais pas aussi patient la prochaine fois et ça sera juste drôle. J'lui montrerai mon "Art du Kick" et quand j'me tannerai, ben je le bannirai et j'aurai la paix pour quelques temps :o) Non mais t'sé, quand même, y faut ben suivre LA règle du channel #rouyn, c'est-à-dire, "Faites pas chier les Op".


 17/11/98

Musique! Méchant party hein?

Quoi?

Wow! t'entends vraiment pas ce que je dis?

J'ai rien entendu.

J'voudrais te dire que tes yeux... ... que ton sourire me font chavirer.

Mais qu'est-ce que tu manges pour être belle de même?!?

- Dentyne Ice


 23/11/98

Un bout de toune Country Don't laugh at me, don't call me names, Don't take your pleasure from my pain, In God's eye, we're all the same, Someday we'll all have perfect wings, Don't laugh at me.

Oui, c'est un ti-peu kétaine mais j'sais pas, la toune m'a accroché... ça arrive.


 6/12/98

L'expression de l'amour et sentiments Démontrer à l'être aimé son amour, ca peut sembler banal, mais dans le quotidien c'est tout autre chose. Je n'ose pas prétendre avoir la science infuse, ni d'être passé maître dans l'art d'aimer. J'ai juste fait certaines observations, remarqué certains détails et j'avoue que ca m'a un peu surpris. Ce qui m'a surpris le plus c'est ma facultée à l'analyser de façon aussi objective c'est ben certain que j'm'en mettrai pas plus sur le dos que ce qui me reviens quand même. J'veux ben être un peu dingue mais y'a toujours ben des limites à ce qu'un gars prends. Je vais quand même être bon prince, je donnerai pas de noms. Ceux qui connaissent assez ma vie comprendront et déduiront de quelle femme je parle. Non mais c'est vrai. Imaginons un instant que l'une d'entre elle debarque "crack" sur mon site, jette un oeil sur ce journal. Ouff j'crois ben que chui mûr pour la chaise électrique selon les visiteuses. :o)

Mais j'vais vous parler de vrais affaires. Ben oui, de cul! La baise, l'acte d'amour, le sexe, le cul, les one-nights. C'est de ça que je vais déblatérer. J'donnerai pas de recette pour le point G ou comment c'était avec certaine étant donné que ca vous regarde pas vraiment. Vous comprendrai que c'est quand même personnel. :o) Quoi que j'le ferai peut-être une autre fois.

J'ai vécu des aventures où l'amour n'était pas au rendez-vous. Ceux qui n'ont jamais connu ce type d'histoire peuvent en passer des commentaires, mais tant qu'ils n'auront pas expérimenté par eux-mêmes... J'dit pas que ca avais pas un caractère particulier mais je sais que c'est pas le type d'amour purement physique que je veux, que je recherche. J'ai connu des amours où j'avais pleine confiance. L'amour, autant physique qu'émotionnel, était au rendez-vous. Dans des moments semblable, j'me suis senti invulnérable. Un feeling que rien ne peut arriver. C'est vraiment un sentiment super plaisant a vivre. Mais même dans ces instants, le bonheur reste fragile. "Tu m'aime juste pour le cul", qu'elle m'a dit. J'veux ben croire que dans mes amours, j'ai pas souvent suivi le droit chemin, mais maudit, j'l'aimais faque c'est pas moins chiant quand l'amour te donne ton 4%. J'crois qu'au fond, on s'aimait beaucoup mais la confiance a flanchée. J'voudrais pas faire mon spécialiste mais sans cet élément primordial j'pourrai pas aimer et j'crois que ce soit vraiment concevable. Bon, peut-être que c'est possible selon les mentalités mais j'parle surtout au plan personnel. Moi j'veux pas vivre ca. Une autre histoire particulière que j'ai vécu, c'était un bonheur intense. J'étais en amour, j'crois vraiment que ca ressemble a ca l'amour, le vrai. J'y repense et j'me trouve un peu kétaine. Non c'est vrai, normalement, j'apportais des fleurs quand j'avais de quoi à me faire pardonner mais elle, je voulais simplement lui faire plaisir, pour voir ses yeux petiller, lui décrocher un sourire. J'aimais ca. Ben franchement, j'aurais voulu que ca dure toujours. Hélas, ca a l'air que le coeur a ses raisons que j'arrive toujours pas à m'expliquer.

Une des choses que je trouve particulière c'est qu'autant j'ai pu donner l'impression d'aimer juste pour le cul, j'ai parfois le feeling d'avoir été simplement un amant, un homme juste là pour les désirs de Madame. J'ai rien contre le fait d'avoir fait l'amour avec elle, mais il demeure en moi un sentiments d'avoir été "utilisé". Plusieurs de mes compatriote de la gente masculine doivent se demander qu'est-ce que j'ai à me plaindre, mais c'est le sentiment d'avoir été berné qui me fatigue, me hante. Ce n'est pas comme l'infidélité, mais l'infidélité prends naissance dans le mensonge. C'est d'abord et avant tout de mentir, de dissimiler la vérité.

J'ai connu tout cela, d'un bord comme de l'autre de la clôture. Une médaille a toujours deux faces. Pourtant, tout ce qu'il faut c'est un peu de confiance et beaucoup de vérité.


 6/12/98

Indescence (c'est tu de même que ca s'écris?) J'commence me sentir de plus en plus indescent. J'sens que mon boss va me regarder de travers et que ma chum Solange doit avoir un immense sourire. Je l'ai fait dans le salon, dans la cuisine, dans la chambre à mon coloc, dans mon lit aussi, au bureau. Récemment, j'ai fait l'expérience de la chambre de bain(la toilette et dans le bain). La plupart du temps, mon chat, Aziz, est juste à côté. Ça m'arrive de prendre une pause, et de le flatter. Ça fait changement et ca me permet de reprendre mon souffle, de remettre de l'ordre dans mes idées avant de reprendre la charge. Et j'vais vous l'dire ben franchement, dans le bain, au chaud, c'est ben plaisant. Y'a l'espace de travail qui est relativement restreint mais sueur qui roule a grosses gouttes dans le dos, humm ca fait un bien fou! J'vous sens penser, vous êtes en train de vous dire que chui pas original. Pffff que vous pensez... moi je sais que chui un pionnier. Pas parce que chui le meilleur, pas parce que j'connais ca en masse. Non, juste parce que j,ai du guts de 1 le guts de le dire, de le raconter, de m'en vanter et de 2, de le faire. C'est vrai, j'en connais plusieurs qui ont tout ce qu'il faut et qui n'ose pas. C'est pas ben dur, y faut juste pas avoir peur d'être vu en train de le faire. Ça va toujours mieux dans un coin tranquile.

Qui aurait cru que je serais capable de réparer mon ordinateur 286 portable et que ça me permetrais d'écrire mon journal à autant d'endroit différent. Je suis présentement dans mon bain, au chaud et j'écris.


 6/12/98

286 portable sans batteries Maniaques de high-tech, bunch de plein de cash, je vous imagine très bien entrain de vous bidonner à mon sujet. Ça a l'air de rien comme machine mais ca roule assez bien. C'est certain que c'est pas une grosse bombe mais pour son utilité. C'est sur que j'commencerai pas à jouer à Quake sur un écran LCD mais ça me permet de rentrer du texte pour mon journal ici-présent. J'le pitonne tranquillement devant la télé. Ça fait bizzare de taper plus vite que ce que l'affichage est capable de prendre, j'ai presque l'impression d'être un King Du Clavier. Reste que même si c'est pas un monstre de technologie, ça fait le boulot que moi j'ai besoin. Asteur, je sais que je peux vivre ce qui me plait, écrire quand je veux, pis aussitot que j'me connecte sur le Net, j'vais pouvoir communiquer ce que j'vis à ce journal. Je sais pas quand, ni si j'vais partir, mais j'connais une chose de moins qui me retiens.


 15/12/98

Réincarnation L'autre jour, j'écoutais Musique Plus. J'aime bien les vidéos qui datent de quelques mois ou années. De façon générale, ça joue dans l'appart parce que ça mets un bruit de fond et que la musique est pas trop pirement écoutable. Un moment donnée, j'ai vu un vidéo des Philosopher King, You don't love me like you used to do. Une chanson sur un amour déchu. Comme tel, la chanson est triste mais belle et les paroles font réfléchir sur les anciennes amours. Mais le vidéo, les images, oufff, incroyable. Depuis ce jour, cet instant, je veux me réincarner en escargot. Oui, gluant, lent, avec une coquille, mais c'est tellement tendre, doux, romantique voir même érotique de les voir se toucher, se caresser, que j'voudrais vraiment vivre ça. J'suis vraiment en train de virer dingue, mais coudon, ça brime personne que j'veuille renaître sous une shape semblable. Et qui sait? Je mourrais peut-être en me faisant manger...


 22/12/98

Théorie du chapeau, ou "que passa coltard??". Ben oui, chui rendu que j'observe... et j'ai découvert des choses pas mal interessantes. Je sais bien que je jase de femmes à tour de bras etque j'tombe en amour à presque rien mais... Depuis pas long, le vent tourne. Non, hélas, les femmes ne sont pas toutes folle de moi, certaines résistent encore à mon charme. Mais de plus en plus, j'ai des réactions, et c'est pas parce que j'fais plus d'avances qu'avant. Depuis vendredi, ben l'autre d'avant, j'me suis payé un chapeau melon en feutre pas cher dans une boutique l'Accessoirie de Val d'Or. Effectivement, il n'y en avait pas a Rouyn en noir, y'en avait juste des bleus marins. Quand je sors, j'sors avec mon chapeau. J'me cool parce que ça me donne un p'tit look particulier. C'est aussi pratique parce que chui facilement retrouvable dans une foule, et que les waiter te voient plus (au Vegas en tous les cas).

À Val d'Or, j'me suis fait entretenir la conversation par une demoiselle à l'allure respectable. La phrase qu'elle a trouvé pour débuter la jasette : Me semble que j't'ai déjà vu quelque part... Bon c'est pas particulièrement original mais très efficace. C'est vrai, si une réponse rapide du genre "Nope, désolé.." ben ca tombe clair que l'intérêt n'est pas réciproque. Mais si une gymnastique intellectuelle active se mets en branle, humm ça part bien!! Mais bon, on a pas trouvé pourquoi elle avait ce feeling là, et c'est quand même pas une perde grave.

Le lendemain, on a sorti encore (rien d'autre à faire dans une ville comme VD anyway). Ce qui est arrivé est assez banal, une demoiselle s'est présenté à moi et un ami. Elle m'a dit : Me semble que tu me dis de quoi.. Encore une phase de gym mentale, on a fini par trouver que c'était la soeur d'une amie d'une amie. Bref, c'en est resté là, de toute façon, c'était pas mon genre.

Samedi passé, chui sorti à Rouyn. Campus, suivi du Zoom pub, ou encore si vous préférez, la garderie suivi par le sanctuaire des camisolles. Au Campus, avec Mike, on a bu et on a jasé avec une demoiselle qui viens definir son DEC en tech policière. Évidemment, c'est elle qui est venue s'assir avec nous. Pas qu'on était gênés de lui parler, mais débarquer et jaser à une gang de femme qu'on connais pas la moitié.. hum c'est pas toujours évident, même pour un Casanova de mon espèce. J'en avais remarqué une que j'trouvais de mon goût, ça tombe bien, Mike préférait l'autre. Mais étant au régime, Mike est restreint à l'observation. Après une couple de bière, et le Campus étant pas mal vide, on s'est enligné sur les traces des demoiselles. Direction Zoom Pub, le Panthéon de la Camisolle.

Une chance qu'on a pas eu a faire la file pour entrer parce qu'y faisait frette en coltard et que j'aurais pas endurer ça ben longtemps. On se débarasse du manteau et je garde, bien sur, mon chapeau, tout comme j'avait fait au Campus. Bon, comme à l'habitude, j'fait le tour, suivi par Mike. Rien de particulier, tout est normal. J'fini par trouver mon Champion, Pat, entourré de certains confrères informaticiens. On est allé les rejoindre. Parle-parle, jase-jase, on fini par se ramasser des bans pour installer nos derrières. J'la connaissais pas la demoiselle en avant de moi mais j'ai comme cru voir que la musique l'incitait à danser et à remuer les hanches.. Comble du spectacle, elle était pas laide pentoute. Hmmm ben ben à mon goût. Mais bon, vu la quantité des baisers que le gars d'à côté avait droit, j'crois qu'elle sortait avec lui.

La veillée à passé assez vite, pis un moment donné, Julie et ses amies sont réapparrues. Cool! J'ai jasé pas mal avec Julie pis les slows sont arrivés. J'aurais surement pu inviter Julie, mais même si elle est jolie, c'est la soeur à un de mes chums et ça fouttrais probablement la merde s'il arrivait quoi que ce soit et oui, ca me peserait sur la conscience. Toujours est-y ben que Julie m'a demandé pourquoi je dansais pas les slows. Dans toute ma franchise, je lui ai avoué que sa chum était pas là. Aussi pas barrée que moi, elle m'a dit qu'elle allait m'arranger ça. Wohh!!! Les nerfs papillon! Elle était en train de danser avec un autre don Juan. C'est pas de temps de la déranger. Les slows ont fini par finir, les lumières nous ont tous éblouis et tout le monde s'est rué vers le vestiaire. J'ai pas fait exception à la règle et j'ai foncé dans le tas moi aussi! J'ai ramassé mon manteau juste après la jolie demoiselle. Sur le pas de la porte, le manteau au bras, elle m'a dit: - Me semble qu'on s'est déjà vu. - Fort possible. - T'étais-tu à Val d'Or la fin de semaine passée. - Effectivement... mais désolé, mon lift m'attend. Ton p'tit nom c'est.. ?? - Valérie.

J'y ai lancé un clin d'oeil, un signe de la tête et j'ai passé le pas de la porte. Un nom qui risque de tinter longtemps dans mon esprit. À l'air frais, j'ai enfilé mon manteau, mais j'avais pas froid du tout! J'arborais un large sourire de bonheur. Pas un sourire de victoire, un sourire de coup d'foudre.

Tout ceci pour expliquer que le chapeau, le style qu'il donne, ça étonne, intrigue, attire parfois et j'adore ça. Bien sur, j'aime être remarqué, surtout si c'est en style et pas trop pour mes niaiseries. C'est pas toujours les plus jolies qui font les premiers pas mais la dernière demoiselle m'a tellement aguichée que j'crois bien que j'vais garder mon feutre sur ma tête encore longtemps. De toute façon, chui irrésistible avec un tel couvre-chef.


 24/12/98

Des cadeaux, ou l'Art de flamber sa paye. Incroyable. J'me suis dit, cette année, j'travaille, j'vas ben faire des p'tits cadeaux à tout le monde. Siboire, vous auriez pu me prévenir que ca coutais si cher que ca!! DAMN! Un p'tit glinglin à gauche, un autre à droite... Rien qu'au Zellers, ça m'a couté une bonne 60aine de piastres. J'sais ben que c'est avec le coeur qu'on fait les cadeaux mais j'ai vraiment été surpris. J'ai ben vu qu'asteur, Noël, c'est une période importante de l'année pour les commerçant. Mais maudit qu'y a du beau monde dans les centre d'achats! Rien que pour ca, ca me tenterait d'y retourner. Joyeux Noël à tous!


 27/12/98

Chicken! Chicken!! Chicken !!! Là chui pas fier de moi. Elle était dans le même bar que moi, et on a échangé des sourires et des bonjours. Don Juan comme je suis c'était presque dans la poche. J'étais rendu seul à ma table ronde, le roi attendant sa reine. J'me suis dit, "correct ca, seul a ma table, c'est pas trop gênant pour se jaser ça :o)". Mais là, les filles sont arrivées, on a changé de place dans le Chateau. Et une fois assis, je l'ai vu passer devant la table où j'étais. DAMN! J'aurais dont dû rester assis sur mon steak. On est parti pas longtemps après. On est allé tinker, acheté des cochonneries a grignotter et on est rentré s'coucher, Marie-Jo travaillais le lendemain a 10h alors, y fallais bien qu'elle se repose la pauvre chouette. La nuit d'avant, je l'ai empêché de dormir parce que de 4h am à 5h am, moi je dormais mais je leur ai jasé ça. J'radottais des vieilles affaires mais anyway, moi j'm'en souviens pas, j'dormais. Toujours est-il qu'on s'est couché Marie et moi, et j'ai checké l'heure. DAMN! Il était 1h30 am. Coltard, ça a pas de sens, j'me suis campé plus tôt le samedi que n'importe quel jour de la semaine.

J'étais couché, je dormais pas et j'me suis mis à penser, "j'me rhabille tu pis j'y retourne???" Mais non, trop CHICKEN! Maudit que j'm'aime pas dans ce temps là. J'pense que j'vas continuer à m'informer, apprendre des choses à son sujet. J'vas peut-être mettre Marie-Jo sur l'affaire itou. Non mais c'est vrai, Marie a déjà été ben amie avec elle du temps du secondaire. Qui sais, peut-être que j'pourrais apprendre des choses. Marie-Jo l'a croisée la semaine passée et elle a parlé vite vite d'un gars de Rouyn. J'viens de là moi! Mais bon, j'vas prendre ça smooth, quand meme un regard, un clin d'oeil, il en faut plus pour faire succomber une femme.

Asteur y vas falloir que j'check ce que je fais pour le jour de l'an. J'monte à Montréal ou ben je sors à Val d'Or. J'pense que j'vas sortir à VD, chui pas sur encore mais ça aiderais mon problème d'horaire de travail parce que la semaine qui s'annonce risque d'etre pas mal occupée. Surtout au nombre d'heure qu'y faut que j'fasse. Donc si j'fait ca en 2 jours, j'vas être mort avant la fin d'année et ça me tente pas. Bon c'est reglé, j'monte pas à Montréal!

Si j'sors, ça c'est une autre histoire.


 2/2/99

Recherche de racines ou Maudit que j'en fume du bon! Pas de panique, c'est normal que j'ai pas encore écris. Récapitulons. Je suis encore célibataire, je travaille toujours pour GeoRadaar?, et je suis à la chasse pour un meilleur salaire. J'ai toujours pas de char, c'est-à-dire, chui piéton professionnel! (ca muscle les jambes pour kicker:) Chui toujours en appart avec Frank, j'ai pas vraiment sorti depuis le dernier mois, en fait chui pas allé chasser les demoiselles. A ce sujet, j'aimerais spécifier que je suis simplement en période de raffinement de mon grognement qui me permettra d'attendrir l'être élu. Mais là, chui parti sur un bizzare de fun. Je suis à la chasse à mes origines, j'cherche mes cousins et cousines de la fesse gauche. J'ai fouillée sur le net et j'ai trouvé 470 adresses e-mail de Deault, Dault, Daout, Daoust et D'Aoust. J'devrais ben en retracer une couple! et j,veux faire mon arbre généalogique sur mon site web. Ça va etre cool! J'connais ma lignée jusqu'au Français originel. Ouin, j'ai le pere du gars qui est débarqué au Québec en seize cent quelques. Pis j'ai la famille à mon grand père en connaissance. j'vas faire le bout d'arbre que j'connais et ensuite, j'vas e-mailler les autre Deault d'Amérique. J'espère que certain vont greffer des branches à mon arbre. Ça serait cool!

Bon... j'vas aller programmer si j'veux que ca marche un jour! :o) J'ai déjà hate d'avoir des réponses.. et pourtant, j'ai pas encore commencé une seule page.. oh.. c'est vrai, j'me suis trouvé un background! Tout un début!


 11/2/99

Les moules, les escargots et les sardines... ou tout ce que mon estomac peut endurer Sacré Etienne! A un party, y nous a fait manger des moules. C'est bien certain que c'est le Super Mario Prof qui a cooké ça. Et le tout servi sur des nouilles à l'encre de calmar. Question de bouffer de quoi de wierd, on y a eu droit. Pis l'autre fois, alors que je rendais visite à ce meme Tapdancer, le fameux maniaque "à boîte a malle", y décide de me garder à souper. Pas de trouble avec ça, chui un mange tout et j'aime ça. (pensez pas croche, j'mange pas tout-à-fait tout t'sé...) Toujours est-y ben qu'en entrée, des escargots au beurre à l'ail. J'regarde ça de gauche à droite, j'cherchais la coquille, déjà enlevée, et j'voyais ma réincarnation en escargot compromise.. humm ahh pis fuck Mangeons! De souvenance, ça avait l'apparence des nouilles courbées en coquilles. pas plus laid que les moules. Crounch Crounch.. c'est pas si pire que ca finalement. Le pire bout, j'crois que c'est de s'enlever l'image des escargots.. Après ça, c'est assez bon.

Et pour combler le tout et avoir l'air d'un méchant FREAK, j'me suis mangé des sardines sur biscuit Ritz. Shit, j'avais oublié le gout de ces p'tits poissons dans l'jus.. hummmmm :o) c'est bon en chien. Mon paternel nous en faisait manger quand on était jeune sur des biscuits Soda. Mais c'est vraiment meilleur sur des Ritz. L'épicerie d'après, j'm'enlignais pour m'en acheter une couple de boîtes mais ma mère m'a dit qu'elle en avait une couple de boites justement. y'en a une, c'est pas vraiment des sardines, c'est une autre sorte de poisson, j'sais ben pas ce que ça va gouter. Au pire, j'vas aimer ça, sinon c'est le chat qui vas en hériter...

Mais j'sais ben pas que ce que j'ai a bouffer des sardines. C'est un "goût de vieux" ça me semble. humm ouin, j'dois me faire vieux...


 16/2/99

Les Chroniques d'un Ninja asteur! Vous pensiez que vous aviez tout vu de moi!?? Ahh ha! Non hélas ce n'est pas le cas. Étant un Ninja en regle des Ninja Fluos à LoSTMaN?, j'ai une importance capitale dans mes faits et gestes. Si vous voulez savoir ce que j'en raconte, allez voir la page au bouton Ninja. Sans prétention ni fausse humilité, c'est de quoi de bien!


 1/3/99

Déception Moi qui croyais que j'avais fait des choses grave dans ma vie, eh bien je suis rassuré. Ohh j'dis pas que j'ai toujours été correct, mais des fois, aux détours de la vie, on se rends parfois compte qu'y a mieux que soit. On a beau être beau comme un dieu Grec, doux comme un agneau, tendre comme un filet mignon, y'a toujours mieux que soit, y'a toujours place à l'amélioration. C'est le triste sort que nous réserve la réalité et la franchise envers soi-même. Mon père m'a dejà dit qu'y faut pas se comparer à pire que soit, y faut le faire avec ceux qui sont mieux que soit. C'est ben plate à dire mais là, j'l'écoute pas et j'me sens rassuré. Chui content de voir que malgré ma vie amoureuse mal organisé, mes bêtises volages, mon manque de volonté scolaire et mes démêlés avec la justice dans ma jeunesse, je suis un gars pas si mal que ça. Même si j'ai pas suivi certains standard dans mon cheminement, je sais une chose pour sur, c'est que j'ai le coeur à la bonne place, que j'ai une notion de respect respectable et que j'sais vivre en laissant vivre. Ce soir, je sais qu'il y a pire que moi, que le fond du baril, c'est pas moi encore...


 1/3/99

Un frère, un vrai Bon c'est certain que c'est twitt à dire mais l'autre fois, mon frère est allé faire le tour de mon site. Jusque là rien d'anormal. Mais il m'a avoué avoir été surpris de mon civisme dans ce que j'ai écris à propos de mon ex, celle avec qui ça a duré 4 ans. Il avait trouvé ça bien que j'en parle de cette façon, bien que j'en raconte pas des masse à son sujet. De tous le temps que j'ai passé avec elle, jamais elle n'a voulu être sur internet. Et maintenant que le destin nous a séparé (par ma faute), eh bien elle y est, comme un souvenir, comme une partie de ma vie qui n'est plus. J'peux quand même pas la traiter de tous les noms, franchement, j'ai passé 4 années à partager ma vie avec elle et on ne s'est pas toujours chicané. Je crois que notre relation a été celle d'amoureux normaux, avec ses haut et ses bas, des moments d'amours, de tendresse, de bonheur, et parfois des tourments, des conflits, des peines, des aveux. Non, je regarde ça maintenant et je vois dans ce que nous avons vécu, y'avait pas mal de tout. Je crois que c'est une des raisons majeures pour lesquelles je garde encore plusieurs souvenirs de cette époque.

C'était pas parfait, mais c'était avec amour.


 10/3/99

Le calme avant la tempête... un jeudi. Une demoiselle en détresse, j'accours! Elle est à val d'Or, ben euh, ouin, j'vas checker pour bummer l'pick-up et j'vas aller te voir. Envoye le ti-nomme, embarque dans l'bazou, on monte en ville! Et pourquoi ne pas profiter de cette incursion dans des terres hostiles pour rencontrer un peu d'monde nouveau. Non mais t'sé.. Ça a jamais fait de mal à personne ça là. Arrivé dans la ville où ce que l'monde dors pas, j'arrête au subway parce que j'avais pas encore mangé... J'essaie de rejoindre la demoiselle en détresse, damn elle n'est pas chez elle. Bon ben j'vas aller manger mon Subway avec une connaissance d'IRC. J'y téléphone, question de lui annoncer mon arrivée dans la métropole de la bière et que si elle me le permet, j'irais bien manger en sa compagnie. Pas de problème me dit-elle. Cool. J'me commande mon sous-marin, et j'm'enligne pour passer au cash (le bout que j'préfère) quand deux demoiselles que j'connais sont entrée dans le restaurant. Miss détresse du jour en était une. RRRappelle celle qui m'attendait et change légèrement les plans.. J'ai donc mangé en excellente compagnie et j'ai même appris que j'étais en chicane avec l'une d'elle. Tabouère, j'le savais meme pas! Bref on a reglé à l'amiable, on s'en fout!

Bon ben c'est pas tout de manger, y faut rencontrer du monde asteur... Surtout quand c'est feminin! (Désolé, j'ai des hormones.) Voyons voir si chui capable de me retrouver dans c'te ville de fous. Vroum vroum .. me v'la rendu! Chui un pro! C'est incroyable, je m'éppatate moi-même! J'avance dans le corridor, j'arrive devans la porte. Je sonne. J'me fait ouvrir par une belle et grande demoiselle. "ouhhhh jolie!" pensais-je. J'entre dans l'appart, elle retourne à son ordinateur. "ouhhhh indépendante!" pensais-je. J'm'installe dans le salon, pendant qu'elle fait ses bye bye sur IRC, on jase de choses et d'autre. Elle prends une minute pour se changer, l'histoire d'un instant. "ouhhhh pas longue à se préparer" pensais-je. Mais elle n'avait pas encore subit le test ultime. le pick-up!

On s'enligne vers ce dernier, j'lui dis "Désolé, mais le truck est lette", "boff tant que ca a 4 roues, un moteur et que ca te mène où t'as besoin...". Elle embarque et s'appuyant sur le dossier, elle se ramassé étendu a mes cotés, ben oui, le dossier du siège passager lâche des fois. On s'est mis a rire et that's it. Incroyable. Une femme qui embarque dans le "napolitaine" à mon père et qui chiale pas... Y'a de quoi de bon dans c'te p'tite femme là comme dirais mon ancètre direct.

On roule vers le Calypso, un p'tits bar genre "Abstracto" de Rouyn. C'est cute.. On rentre. Wohhhh comité d'accueil imprévu y'avais deja une couple de personne d'IRC.. ben coudon on va s'assir avec eux autres, La femme que j'escortais me présente à chacun. Pour la plupart, je les avais déjà croisé sur le chatte mais jamais connu vraiment. On s'est mis a jaser et étant l'élément nouveau, j'en ai profité pour parler en masse. Ben en fait, c'est aussi que sinon, j'me retrouvais complêtement étrangé aux insides jokes de cette gang. De souvenance, j'ai chialé de mes ex comme j'avais jamais fait, sans pour autant m'enlever le poids de certains gestes et actes. Et chose très étrange, j'étais incapable de soutenir le regard de la demoiselle assise en face de moi. Mes yeux croisais les siens comme on regarde le soleil. Pourtant, j'me suis jamais empeché de fixer personne... Étrange. De toute la veillée, je l'ai vu sourire, rigoler, s'amuser et surtout, pas trop offensée de ce que j'racontais. Non mais un gars qui a pas toujours été fidèle, normalement, ça se fait regarder de travers. D'un regard à l'autre, elle me plaisait d'avantage.

La veillée a été très plaisante, et relativement enrichissante dans la mesure que j'avais rencontré du monde nouveau, et que j'trouve ça toujours plaisant. Une partie de cette joyeuse ribambelle sortait au Château, mais moi j'allais voir comment se portait ma p'tite dépression. Elle feelais mieux, c'était pas la grande forme mais le moral avait l'air à remonter. Ça m'faisait plaisir de voir ça.

Ensuite, chui remonté à Rouyn, disant "A bientot" à Val d'Or.. Y roule pas si mal le pick-up finalement!


 10/3/99

La tempête... Ou comment déconner en 5 leçons Finalement, chui remonté à Val d'Or le vendredi, ne pouvant me passer de ce sourire qu'est le sien. On était pas mal la même gang que la veille au Calypso mais on est sorti dans un des bar les plus "IN" de la ville. La fameuse Taverne Cosy. Une vrai taverne comme y s'en fait pu. (Une chance) Non mais franchement, les lumières étaient même pas tamisées. Bon.. le gars voulant faire son Big, et plein d'cash, j'ai payé la premiere tournée. Ouin bon, y'a fallu que j'passe à l'interact pour payer, et comble de bonheur, l'interact était l'autre coté de la rue.. à la caisse pop! Calvasse, un bar pas d'interact! On a jasé de plein d'affaire, on a bitché les "targets de l'heure" et déconné à propos de tout et de rien. J'ai eu le temps de finir ma bière et de m'en boire une autre. On était six à la table. J'fini ma 2eme en même temps que la premiere des autres. j'm'enligne pour renouveller la tournée quand j'remarque que quelqu'un en était encore a la moitié de sa première. Pas le choix j'm'informe. C'était ben certain qu'y venais pas de la place quand même. Boire une bière aussi lentement, c'est pas qqun de rouyn ou de Val d'Or certain! La question s'est règlée ainsi, c'est pas de sa faute pauvre 'iable, y vient de Chibougamau! Bon c'est ben certain que j'voulais faire bonne impression faque chui allé joué a Tekken3 (oui oui dans la taverne). Esti d'raclée que j'ai mangé là! Le gars me plantais perfect sur perfect.. Le pire c'est que j'ai le jeu a l'appart! Faque j'ai pas été ben impressionant. J'me suis r'assis, j'ai pris une gorgée de bière et la gène était passée! :o) La veillée avançais et pour aide r la cause d'une personne à notre table, j'me suis informé. Pendant qu'y nettoyais la table à côté, j'y ai demandé : "Waiter Tu finis ton shift à quelle heure??". Pas besoin de préciser que le waiter s'est étiré loin pas mal pour amener les bieres suivantes! :o) J'ai déconné comme dans mes belles années de cegep. Mais pauvre waiter, on lui a fait changer la musique, achalé avec du popcorn, on voulait du popcorn, ca serais bon du popcorn! Et en plus y'a fallu que j'le gène en y demandant l'heure qu'y fini son shift. Ça avait pas de classe pour 5¢ mon affaire.

J'ai dormis chez une amie qui m'a très gentilment accueilli. Non mais j'étais mal pris parce que j'pensais aller camper chez mon oncle et que j'avais pas réussi à le rejoindre et que bon, j'avais mal planifié mon affaire et shit, c'est un bout pas réussi de ma fin de semaine. Mais je vous rassure tous, je me suis très bien reposé sur le caoutch du salon! Même si les chats étaient de vrai pestes, j'ai très bien dormi!

Au matin, doux réveil que celui du son d'un clavier qui se fait caresser par des doigts féminins. J'entrouvre un oeil, divine vision, merveille du genre humain, beauté naturelle, une femme, superbe, en habit de veillée tranquille à la maison. Elle avait de charmant bas de laine, un gros gilet ample et des boxers. J'dois avoir un complexe d'Édipe parce que c'est le genre d'ensemble à ma mère ça! Et God DAMN que j'aimais ça! On a cassé la croute et mangé un morceau, et j'ai fait le taxi pour le chum de l'autre. Ça me dérange pas parce que j'ai eu des lifts quand j'avais pas de char alors quand je suis privilégié, j'donne un coup d'main. Ensuite chui allé mener la divine demoiselle à son travail. J'ai finalement rejoint mon oncle, et j'lui ai montré les diverses facettes de mon arbre généalogique sur internet.

J'ai passé l'après-midi avec mon oncle Yvan. Et on s'est mis à rêvasser à ce que pourrais devenir cet arbre là! On a sorti ben des niaiseries et des fabulations, mais mauudit que c'est plaisant de refaire le monde et de se gagner le gros lot du 6/49 imaginairement des fois! J'avais emprunté un portable de compagnie à un de mes confrères d'études. C'était cool!

J'ai ramassé la demoiselle à la sortie de sa job, et même devant des confrère et consoeur de travail, elle a embarqué dans c'te pick-up affreux! Y'a pas a dire, elle a tout pour me plaire! :o) C'est sur qu'elle a pas connu l'époque de ma Fox 300'000km mais bon... J'ai donc encore fait le taxi, avec joie et chui allé chez ma p'tite puce avec un bon McDo? pré-digéré. J'ai mangé ca en jasant, on a bretté un peu, j'lui ai montré mon arbre généalogique sur Internet. C'est coool! Dans mes préparatif de sortie, j'avais amené des bics et de la creme a barbe pour me raser.. ben la bouteille de creme a barbe avait gelée dans l'truck. faque j'me suis pas rasé!

Chui allé la mener chez une amie a elle, et chui allé presque directement au Château, là où le monde allait sortir plus tard en veillée! J'ai rejoint la gang un moment donné. Non mais c'est qu'ils sont arrivés et j'avais pas remarqués, j'écoutais la TV. On a passé la veillée à jasé toute la gang, conneries par-dessus conneries. Une vrai veillée à Val d'Or. j'm'enlignais pour aller dormir dans l'pick-up quand j'me suis dit ahh pis fuck, j,vas accepter l'offre d'un chum.. j'sais ben pas pourquoi j'voulais coucher dans mon truck, quoi que j'aurais dû. Calvâsse qui a fait frette. Mais bon, j'ai quand même bien fait parce que ça m'a permis d'avoir un show incroyable. Non ben disons simplement que j'ai vraiment vu le pouvoir d'un pari. Tabouere, qu'est-ce qu'on ferait pas des fois pour une couple de $$$ et montrer qu'on a du guts! Non, moi j'ai rien fait, j'étais spectateur et le show valait 4 fois le prix d'entrée du Château.

Autres fait divers de la soirée, le Canadien a mangé une maudite vollée au hockey, y'a un gars ben obéissant qui s'assisait a terre sur demande au McDo?, un waiter qui déconnait au McDo?, plein de monde qui d'embrassait...

Le lendemain, chui rentré à Rouyn, tranquilement, et j'ai eu un bizarre de feeling, celui de quitter quelqu'un de cher qui ne le réalise pas encore tout-à-fait. Ça a été une superbe fin de semaine, avec des niaiseries en masse et un genre de coup d'foudre, ou bien simplement ai-je rencontré mon âme-soeur.


 15/3/99

Ahhhh la drogue... Non ben c'est que c'est partout, j'entends tout plein d'histoires de trucs pour une pipe à hash qui passe inaperçu. J'entends aussi plein d'histoires de party et de couteaux aux bouts brulés. J'ai rien contre ça, au contraire, pour les malade en phase terminale, comme médicament, je suis le premier a dire oui, ca doit devenir légal! Mais, ca me fait peur, ben oui, j'ai peur de quelque chose. Non mais en général chui pas peureux mais ca, la dépendance que ca créé, et la possibilité d'escalade, de vouloir un autre buzz.. nahh j'sens que j'me ferais prendre au jeu trop facilement et que j'serais dans la marde assez vite merci. y'a que ce qui me plait pas de la drogue c'est aussi le fait que ça déforme la réalité. J'dis pas que mes brosses sont moins pire mais bon, j'en oublie rarement des bouts et bien souvent je le paye cher en tylenol. C'est peut-etre aussi de m'etre fait appeler par une amie qui m'avait pris comme chum en bouée de sauvetage. Ça c'est wierd : elle m'avait appellé à 3h du matin, elle revenait de chez son ex, où elle avait fumé et parti sur un trip d'acide. Ceux qui me connaissent savent que mon téléphone est disponible 24h sur 24 en cas de besoin. Mais là, Mademoiselle était sur un bad trip et qu'y avait plein d'araignée dans son lit! Damn... ben calvince, j'suis sauté sur mon 10 vitesses et ca a pas du prendre plus de 10 minutes traverser la ville! J'ai passé la nuit à la tenir dans mes bras, à me réveiller a chaque spasme qu'elle avait. Et j'travaillait au petit matin... Non, j'veux pas revivre ça, si c'est possible. J'dis ça mais j'le referais demain pour que l'autre se sente mieux.

J'dit pas que je rejette systématiquement une fille qui consomme mais j'souhaite toujours que ce soit le moins possible. Non j'peux pas rejeter personne pour un choix semblable. C'est quelque chose de personnel a chaque individu. J'crois meme que j'préfére jouer à l'autruche et ne pas le savoir, faire semblant de ne pas le voir. Je sais bien que certains en consomme et que leur comportement reste ben normal. Je sais pas trop comment exliquer mais ça ne fonctionne pas du tout avec comment je suis. C'est peut-être le fait que j'en ai soupé des affaires illégales. Disons que j'ai eu mon lot d'ennuis avec la justice et que ca ne me tente pas vraiment de me faire reprendre dans quelque trouble que ce soit. Juste à penser d'avoir a me tenir droit devant un juge, encore, en demandant un semblant de pardon pour pas avoir une sanction trop chiante. A quelque part, j'souhaite que ça n'arrive à personne alors bon, j'peux pas dire que chui pour ça ben ben. D'un autre côté, j'suis pas le genre a stooler ceux qui en prennent, c'est leurs choix. J'vais surement donner mon opinion mais sans juger leurs choix. Et ça ne change absolument rien à la grandeur d'âme de certain. Je crois que c'est un mode de vie, une manière de passer à travers cette chienne de vie et bon, moi, une biere me relaxe, pour d'autre c'est autre chose. J'veux pas convertir personne, simplement que le monde comprenne que j'ai rien contre eux personnellement a part que ca attire le trouble un peu trop à mon goût.

Qu'importe ce qui arrive à mes chums, même si c'est à cause de choix qui sont différent des miens, j'vas toujours rester un chum et j'vas toujours être disponible pour leurs donner un coup d'main. Un ami, c'est pas comme on le voudrais mais c'est comme il est et son identité nous apporte quelque chose. J'vie cette partie de ma vie a ma façon et eux à la leur. Je serais assez twitt de tenter de dire ce qui est bien et mal en matière de drogue douce mais hélas, c'est pas si simple. J'espère simplement une chose, c'est de ne pas être trop hermétique en vieillissant... question de ne passer à côté de belles occasions de vie à cause de mes vision, mes opinions. J'espère aussi que ca ne m'empecheras pas d'être réceptif et ouvert envers celle qui voudras bien partager ma vie.

Déjà d'y penser, c'est un premier pas.


 1/5/99

Labelle saison C'est le premier mai. Il fait beau. C'est une des premieres belles journée chaude de l'été. Les nuages sont filendreux comme sur les cartes postales ma blonde habite vraiment un beau quartier. Un bout de gazon et de végétation entre deux gros blocs appartement. Je me prélasse au soleil. Des enfants jouent sur la glissade et aux balancoires. L'atmosphère est aux vacances. J'ai lu une bande dessinée, en bédaine, et maintenant, j'écris un petit chapitre de mon journal. Simplement donner des p'tites nouvelles, parler de ma vie, d'a quel point elle est simple et plaisante.

Je vis des jours sans tracas, sans problème sinon que celui de suivre mon budget. Je ne roule pas sur l'or mais j'arrive a joindre les deux bouts et à profiter des jours qui passent. Des semaines, j'arrive plus vite que d'autre au fond du compte de banque et d'autre fois moins. Paiement d'appartement, de char, d'assurances, remboursement de prêt et bourses.. ca gruge une paye ca là!

Je suis souvent à Val d'Or, auprès de la femme que j'aime. Je serais porté à dire que c'est la femme de ma vie mais bon je l'ai dit tant de fois a certains que ce sont des mots qui semble avoir perdu leurs sens premier quand ils viennent de moi. Cela fait environ un mois et demi que je partage le maximum de mon quotidien avec elle. Cette créature aime la vie dans sa plus simple expression. Ça tombe bien, on est deux a aimer ca dela même façon. On se casse pas l'bicycle et un est bien. Notre problème actuel c'est que ca manque de punch, on est bien ensemble, on est comme deux ventouses et on ne se chicane jamais. On est plus du genre happy happy joy joy qu'autre chose.

Tout est beau dans mon p'tit monde... et chui heureux!


 25/7/99

La vie en chambre... de bain. Eh oui, ceci est un autre épisode de ma vie dans la fameuse chambre de bain. Pour etre précis, disons simplement que je suis dans une position confortable et semi verticale. Une telle grace de séance me permet de soulager certains incontournable de ce monde. :o)

Mauvaise nouvelle pour les langues sales, ma vie va bien! Certain, ca marche toujours aussi bien avec ma flamme de Val d'Or. Ishhh shit j'ai pas phoné Solange.. damn.. j'espère juste qu'elle vas encore me jaser. C'est plate qu'on ait perdu le contact à ce point.. Mais bon.. c'est des choses qui arrivent. Ca fait aussi un bon bout de temps que j'ai pas donné de nouvelles à mon Chef Barbot. Mais coudon, même si on est dans la même ville, le temps me manque.

Pour raconter ma vie dans le détail, disons que je passe environ 45h par semaine au bureau, que j'en passe 4-5 sur la route 117 entre Rouyn et Val d'Or. Une cinquantaine d'heure de sommeil et derien foutisme en vacances chez ma douce, disons que mon horaire est bien rempli. Tout ca c'est sans compter mes a-côté personnels.. comme d'essayer d'installer des programmes sur mon ordi. Bon, ca c'est particulier. Ouin ben disons que depuis que mon ordinateur est chez moi a rien faire, ben y fait rien.. y me sers a installer des logiciel, les effacer, les tester, m'en décourager, les cracker, pis finir par avoir une machine surchargée et pis "fuck off sti", je repasse un format... encore! :o)

J'ai eu en cadeau de mon frere Jeff, un gros étui à trombone rigide (l'instrument là, pas la broche croche...) .. y'a 2-3 soir, j'ai eu l'idée de faire de quoi de bon avec. Je vais me virer c'te cossin inutile là en valise de travail. Ouais.. j'vas y faire des séparations, y jammer des élastiques en tissus pour faire tenir des tournevis pis des affaies du genre. Ca peux toujours s'averer pratiqur un jour non??? Ahh Amos... :o) Une ville qui semble m'inspirer plein de bonnes choses.. Mais bon, c'est un espoir, on verra...

A part ca c'est tranquille. j'veux dire, mes journées ont pris une routine plate, comme j'aime, et pis ben ca vogue paisiblement vers le sentiment d'accomplissement. Ben quoi.. avec un salaire pas trop yable, pis des dépenses a assumer seul, ben c'est pas évident de se motiver. Alors vive le sentiment de réalisation et d'accomplissement.. :oP

Bon.. au dodo.. j'ai quand meme passé par la bole, le bain et mon lit pour écrire ceci.. il est maintenant l'heure de dormir..


Journal1 Journal2 Journal3

Dohsky Wiki | RecentChanges | Preferences
This page is read-only | View other revisions
Last edited August 10, 2005 7:36 am by Dohsky
Search: